Hippocrate (460 -377 av. J.-C)  en a parlé, il s’agit du premier thérapeute à évoquer le rapport entre dyspnée, asthme et blocage articulaire vertébral et costal ; nous avons depuis évolué.

L’asthme touche environ 4 millions de personnes en France, et est responsable chaque année de près de 60 000 hospitalisations (38 000 chez les asthmatiques de plus de 15 ans) et presque 1 000 décès. (source CPAM)

Il faut dissocier 2 types d’asthmes : le vrai et le faux. Le vrai correspond à un bronchospasme (syndrome pulmonaire) et le faux à un spasme pharyngé (étranglement), la prise en charge  en thérapie manuelle sera donc différente.

Pour objectiver la gravité de l’atteinte respiratoire, une EFR (exploration fonctionnelle respiratoire)  est préconisée au patient.

Dans le cas du vrai asthme, les valeurs de capacité pulmonaire totale (CPT) et la capacité vitale (CV) sont améliorées suite aux séances.

Dans le cas du faux asthme, ce sont les valeurs du volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS) qui sont améliorées.

Dans les 2 cas, le débit expiratoire de pointe (DEP) ou peak flow, qui mesure le débit instantané en expiration forcée est logiquement impacté positivement.

FICHE TECHNIQUE (cadre réservé aux thérapeutes DORN THERAPY)

DORN-THERAPY & Asthme